Mes pensées, comme elles viennent…

Voilà comment je me sens.

Je suis morte mais en vie. Mon moi est mort mais mon corps est là. Je sais, du moins je pense, que cette situation n’est pas définitive.

Je ne crois pas déjà m’être sentie comme ça. Je suis une enveloppe corporelle et ça s’arrête à ça.  A l’intérieur de cette enveloppe, le vide, le néant. Un grand mal-être, plus de sentiment, plus d’envie. Juste vouloir rester dans le noir, ne rien faire, ne même plus respirer.

Quelques larmes sortent de temps en temps, comme en cet instant, de cet intérieur. Il y a sûrement encore quelque chose donc. Un peu d’humidité qui cause ces gouttes salées qui roulent sur mes joues, rien de plus.. Un état de léthargie intérieure total. Plus rien ne vit là-dedans. Juste les organes qui continuent à fonctionner pour laisser l’enveloppe vivante. Mais pour ce qui est dedans, en fait, besoin de rien pour le faire vivre, puisqu’il n’est plus.

                  

Dois-je en parler à un médecin? Lui dire que j’ai plus goût à rien? Même ça je ne le ferai pas. Ai-je vraiment envie de revivre?

Le seul souci à être comme ça, c’est que malgré tout la vie alentour continue. Et que quand on n’en fait plus partie, les autres rapidement ne nous voient plus. L’isolement va devenir encore plus grand. Je me sentirai très certainement encore plus mal. C’est un cercle vicieux. Je n’ai même pas envie d’en sortir en cet instant. Je ne sais pas comment m’en sortie de toute façon..

Tout ce que je sais c’est que je ne peux pas mener une vie normale en étant ainsi.

Mais qu’est-ce qui a fait déborder le vase? Quel est l’élément qui m’a fait mourir de l’intérieur?

L’accumulation je pense.. Mais j’accumule depuis si longtemps :( Et récemment, il n’y a eu aucun élément grave dans ma vie. Donc je ne comprends pas ce qui a déclenché cet état.

Peut-être ces médicaments.. Ils ont été le coup fatal pour moi. Ce qu’il fallait pour en finir avec moi. Ce que je n’aurais pas dû avaler. Mais ce qui était sensé soigner un autre mal (et qui est apparemment efficace même après son arrêt).

Mais pourquoi a-t-il fallu que ça m’atteigne autant? Pourquoi m’a-t-il achevée? Il fallait bien que ça arrive un jour de toute façon. Et ce jour est arrivé. Le jour où je ne supporte plus rien. Où je ne suis plus moi. Le jour où je suis partie. Mais pourquoi ne suis-je partie que de l’intérieur? Pourquoi ne m’avez-vous pas faite mourir entièrement maudits cachets? Quel intêret à rester en vie si on ne l’est plus vraiment? Je ne le vois pas. Je ne comprends pas. Achevez-moi. Tuez-moi ecore plus. Touchez mon corps. Ne faites pas le travail à moitié.

Et il va falloir encore affronter des soucis. Encore avancer en n’étant plus vraiment là. Me marginaliser encore plus. Essayer de rester physiquement correcte et jolie pour qu’on ne voit pas que l’intérieur s’est envolé. Pour qu’on ne m’ignore pas totalement tant que je suis sur terre. Pour que je ne sois pas 100 % morte à vos yeux.

Voilà, j’ai appelé le médecin, je lui ai expliqué, réponse “si ça va pas, on vous voit”. Mais ça ne va pas!!!!! Ca ne va pas du tout!!!!!

Je me sens tellement seule au monde face à ça. Seule seule seule. A qui puis-je dire que je me sens aussi mal si ce n’est au docteur? Je ne peux le dire autour de moi, les gens ne comprendront pas. Ils ne comprendront pas à quel point le mal est installé. Personne ne comprend ça à part ceux qui l’ont vécu. Tomber si bas. Pourrais-je me relever???? Je n’en suis vraiment pas sûre. Je ne sais même pas si je veux me relever. Pour quoi faire??? Continuer à vivre malheureuse? Quelles sont mes joies dans la vie? Des amis loin de moi. Des “copines” qui donnent des nouvelles quand elles ont envie. Une famille dont je ne suis pas vraiment proche. Un boulot où je m’ennuie et où je bosse avec des gens vraiment très très cons. Mes bébés, le seul point positif. Pas d’amour. Un logement où je me sens mal. Un monde que je ne supporte pas.

Rien ne va. Rien.

Je veux m’enfoncer encore plus.

mai 19th, 2009 at 10:41